Tarier des prés

De Wikivalais

Par une belle journée de fin avril, éclate la strophe mélodieuse du tarier des prés, l’expression sonore de la prairie en fleurs. D’ailleurs le nom de cet oiseau désigne immédiatement son biotope. Comme le pipit des arbres, ce petit passereau niche au sol, à l’instar de l’alouette des champs, il préfère les prairies infinies, sans arbres. Il lui faut de hautes herbes, des ombellifères, un buisson ici et là ou des piquets de clôture comme postes de chant ou d’affût pour la chasse. Un herbage touffu ne le gêne pas: il capture ses proies au terme d’un vol bref. Il se raréfie parce que les prés fortement engraissés perdent une grande partie de leurs fleurs et de leurs insectes dont il se nourrit, parce que les fenaisons précoces et les coupes fréquentes ne lui laissent plus le temps d’élever sa nichée. Il déserte également les prés abandonnés à la friche ou transformés en lotissements et en parcs de sport. Enfin, le pacage qui permet de maintenir des espaces ouverts, condamne de nombreuses nichées à être piétinées... Heureusement, le tarier des prés occupe quelques avant-postes autour des alpages.

Bibliographie

  • Pierre-Alain Oggier, La Faune, Martigny 1994

Article connexe



Outils personnels