Pierre Courthion

De Wikivalais

Sommaire

Biographie

Pierre Courthion est né à Genève le 14 janvier 1902. Il est le fils du journaliste et écrivain Louis Courthion. Après le collège à Schwytz, il obtient une licence ès Lettres à Lausanne, puis fréquente les Beaux-Arts à Genève et l'Ecole du Louvre à Paris.

Dans la capitale française, il devient critique d'art et poète. Il dirige également la Maison suisse à la cité universitaire (1933-1939). Dans le même temps, en 1934, le canton du Valais l'appelle également comme conservateur du Musée de Valère, archéologue cantonal et membre de la commission des monuments historiques. Il rentre au pays l'été pour ses charges cantonales et trier les trouvailles archéologiques découvertes dans les champs valaisans.

Au début de la Deuxième Guerre Mondiale, il est à Genève, où il travaille d'abord sa thèse de doctorat. Il rejoint sa femme restée à Paris, et tout deux fuient la capitale française à vélo en été 1940, tentant de rejoindre leur fille en Dordogne. Le couple séjourne régulièrement à Genève pendant la guerre, où Pierre Courthion travaille dans l'édition et s'occupe de la revue Lettres, qu'il a fondé sur l'idée de son épouse Pierrette, ainsi que de la collection Le Cri de la France, aux éditions de la Librairie de l'Université de Fribourg. Plus tard, entre 1960 et 1973, de retour à Paris, Pierre Courthion est notamment chargé de mission en Amérique et en Asie, par la Direction des Relations Culturelles du Ministère des Affaires Etrangères.

Ses ouvrages le placent parmi les premiers critiques d'art contemporains.

Historien et critique d'art, Pierre Courthion n'en a pas négligé pour autant la "littérature d'imagination". Très jeune il a écrit un roman d'aventures, puis une nouvelle à travers laquelle il se souvient de ses vacances en terre valaisanne.

Naturalisé français après la Deuxième Guerre Mondiale, Pierre Courthion est mort à Paris le 2 mars 1988, après avoir revu en 1985 une dernière fois le Valais de son père.

Les archives de Pierre Courthion ont été vendues par ce dernier en 1985 à la Fondation J. Paul Getty à Santa Monica (Californie).

Prix

  • Prix Franz Jourdain pour l'ensemble de son oeuvre
  • Prix d'honneur de la Fondation Schiller
  • Médaille d'argent de la Reconnaissance Française
  • Lauréat de l'Académie Française

Bibliographie

Une sélection d'ouvrages:

  • Notre ami le vin, Sion : Fédération de producteurs de vins du Valais, 1943
  • Monsieur Ténor, Paris : Ed. G.L.M, 1936
  • L'Ange des tours penchées, Paris : Ed. G.L.M, 1936
  • Bal, Paris : Ed. G.L.M, 1935
  • Suite montagnarde, Anvers : Ed. Lumière, 1932

Pour en savoir plus

  • Pierre Courthion, D'une palette à l'autre. Mémoires d'un critique d'art, Genève : La Baconnière/Arts, 2004
  • Simon Roth, Louis & [et] Pierre Courthion : Bagnes, Genève, Paris : voyages en zigzag [catalogue d'exposition, Musée de Bagnes, Le Châble du 1er juillet au 30 ocobre 2004], Le Châble, Musée de Bagnes, 2004.
  • Jacques Darbellay, Un Valaisan à Paris. Pierre Courthion, Commune de Bagnes : 2004.

Sources

  • Bernard Wyder, "Courthion, Pierre", in Dictionnaire historique de la Suisse
  • Isabelle Quinodoz, Ecrivains contemporains du Valais romand; essai de bibliographie, Sion : Annales valaisannes, 1977, pp. 57-59.
  • Jules-Bernard Bertrand, "La littérature valaisanne contemporaine", dans Echos de Saint-Maurice, 40(1941), pp. 92-94.
  • Alain Nicollier, Henri-Charles Dahlem, Dictionnaire des écrivains suisses d'expression française, Genève : Ed. GVA, 1994, 2 vol., pp. 287-289.


Outils personnels
Autres langues