Particularités grammaticales du patois

De Wikivalais

Tout énoncé linguistique s'appuie sur une structure grammaticale. Bien qu'elle ne soit que peu formalisée, la grammaire dialectale témoigne de sa complexité et de la conservation de caractères très anciens. Par exemple, dans le Valais central, la déclinaison à deux cas s'est maintenue pour l'article défini au singulier. Ainsi, on dit à Chermignon : Le tsan yè ouâgnià, le champ est semé, "le" lorsque le nom occupe la position de sujet, mais "lo" lorsqu'il détermine un nom masculin complément : Fâ ouâgniè lo tsan, il faut semer le champ.

Article avec le sujet Article avec le complément
Vissoie Commè li dièblho l'è ariva, li payjang è cho mondo l'an commincia dè rècolta L'a abandona lo tsang ou payjang
Chermignon djiâblio chè troûe lé po la prîja Antouène vérièvè lo tsan a luéc
Savièse Can i djyablo lé arooua, i païjan avouei byin d'atro chaïon aprei myréré Djyan-Fransi Péroou chaïé aprei fochora o tsan dé Préoué
Hérémence D'apré l'intinta, le diablo chet troâ lé ou moman dè la praija Lo faurtin, le païjan ia trâlia lo tsan
Nendaz Coume ëntindû, i crouéi a pâ mancâ Toûgno veryée o tsan
Isérables Kôm konvenöeu, y kroè sè trovâ inkyè kan lh'à fâlhöu reintrà â preiza d'oeüton Antouèyno fasssorave ô tsan
Bagnes Comè eïn dèssidô, é dyablo sè trô lé po rintrâ a prayza Antouène irè in trin dè vreyié o tsan


Au contraire, dans les patois de la plaine cette distinction a disparu comme en français. L'article défini connaît une seule forme pour les deux fonctions grammaticales. Il en est de même dans le Bas-Valais. A Conthey et à Chamoson, la forme de l'article du complément o s'est généralisée tandis que dans les autres régions c'est celles du cas-sujet le.

Article avec le sujet Article avec le complément
Conthey Camin coënu, o diabvo ch'è troau u momin dè a preije An vèé chu o tsan dè bvau bien meu
Chamoson Min convèneü, o diablo sè trôvô li u momin dè recolta Touène vreyeve ô tsan.
Fully Le diâble l'è ju li Antouéne vrèyëve le tsan
Praz-de-Fort Min l'éran restô, le diable lè ju itche pouo prinddre le chon On vèyé su le tsan dè biô blô meu
Salvan Coumin l'èrè tu de, le diable l'èrè ïntche po la rècolta On veillè chu le tsan dè brawe blo moue
Vouvry Min ieu z'étaèron intindu, le diâbho s'é trovo lé po la praèza On vèiè su le tsan deu bho bon mu
Troistorrents Quemin l’âvan conveneu, le diâblo se trovâvé intche eu momin d’amassa On vayâvé su le tsan, deu blhau bain mu


Au cours de leur histoire, les patois francoprovençaux en sont restés à la multiplicité, sans véritable codification. Tous les patoisants de la région concernée pratiquent pourtant la déclinaison de l'article défini, sans jamais se tromper et, la plupart du temps, sans même remarquer qu'ils établissent une différence selon que le substantif est sujet ou complément du verbe. Cette distinction s'opère spontanément, au gré des énoncés. Le patoisant de Chermignon affirme sans hésitation : Yè le tén dè ouâgniè lo tsan, il est temps de semer le champ litt. le temps (c-à-d la période) et Yè dèjià ouâgnià, le tsan, le champ est déjà semé litt. il est déjà semé, le champ.

Le locuteur précise régulièrement s'il parle de quelqu'un ou de quelque chose de proche ou d'éloigné : T'â-hô yôp hléc quié va chôp pè lo tsemén ? As-tu vu celui qui monte le chemin, litt. Tu as-tu vu celui qui va sus par le chemin ? È stéc couè ou-te mi ? Et celui-ci que veut-il encore ? s'interroge-t-on avec un mouvement d'humeur, lorsque celui dont il est question se trouve près de l'émetteur. De fait, l'apprentissage du patois ne relève pas de règles grammaticales formelles, mais de l'intégration de ce qui constitue la norme en vigueur dans la communauté et transmise essentiellement dans la sphère familiale.

Les patois valaisans recèlent de multiples particularités parmi lesquelles figure l'adjonction sporadique de la consonne épenthétique [k]. Celle-ci s'ajoute à la fin de tels mots terminés par une voyelle fermée lorsqu'ils se trouvent placés devant une pause, mais ce phénomène se produit seulement dans une partie du Valais central.

Ce développement intervient aussi dans le district de Sierre et dans le val d'Hérens : Vissoie : dèchouc, dessus Hérémence le zöc, la forêt. A Chermignon, de surcroît, les patoisants opposent deux séries de voyelles : les voyelles palatales sont effectivement suivies d'un [k] stéc, celui-ci alors que les voyelles labialisées sont suivies d'un [p] : lé cornôp, celui qui a les cornes, einteindôp, entendu.

Réservé à la communication orale, le patois échappe à la lettre, ce qui a nourri, entre autres, l'idée d'un statut inférieur par rapport à la langue écrite. Son domaine s'épanouit dans la communication verbale et dans la littérature orale où dictons, proverbes, histoires et légendes occupent la première place. Exceptionnellement, quelques patoisants, des "spécialistes", écrivent des poèmes ou des chants dans leur patois. En outre, des romanistes ont étudié le patois de nombreuses communes du Valais romand dans un cadre monographique et les atlas linguistiques intègrent des localités valaisannes dans leur réseau d'enquête.

En conclusion, le paysage dialectal valaisan témoigne essentiellement d'une communauté fondamentale et de fortes solidarités avec les contrées avoisinantes en même temps que d'une étonnante variété interne et d'une richesse linguistique qui se meurt. Néanmoins, les patois reflètent aujourd'hui un savoir culturel séculaire et relèvent du patrimoine régional.

Sources

Gisèle Pannatier, Extrait de : Fédération Cantonale Valaisanne des Amis du Patois (2004), 50 ans, 1954- 2004, les Patois du Valais romand, pp. 65-80

Article connexe



Outils personnels