Moustique

De Wikivalais

Habiter dans le voisinage de Pouta-Fontana n’est pas de tout repos ! En quatre ans d’études sur le terrain, Grégoire Raboud a identifié 17 espèces de moustiques dans la réserve, et découvert les fauteurs de trouble. Ce sont de moustiques voyageurs appelés Aedes vexans, dont le nom trahit l’humour des scientifiques et les « qualités » de l’espèce : mobilité et goût du sang humain.

De nombreux insectes, à un moment ou un autre de leur développement, sont sensibles aux attaques d’un bacille (Bacillus thuringensis) : cette sensibilité apparaît vers le sixième jour de la vie larvaire chez Aedes vexans. Infestées, les larves n’effectuent pas leur dernière mue et meurent. Comme Bacillus thuringensis perd son agressivité en quelques heures, il importe de le répandre au moment crucial et au bon endroit si l’on veut atteindre un objectif précis et limiter des dégâts accidentels à d’autres espèces.

Les femelles d’Aedes vexans pondent sur la vase humide des œufs qui éclosent dès qu’ils sont inondés par une eau tiède à Pouta-Fontana, en maintenant artificiellement tard en automne un niveau élevé de l’eau on limite le nombre et réduit les surfaces de ponte ; en fermant la vanne au printemps lorsque la température est à 120 C, on définit précisément les lieux et les dates de traitement.

Au milieu des abeilles qui reviennent, chargées de pollen, les bombyles, des mouches poilues, toutes dodues, équipées d’un long rostre, font du vol stationnaire. Soudain, elles projettent leur abdomen vers l’avant, pour lancer un œuf à la fois sur le sol. A peine éclose. La larve du bombyle devra donc rechercher elle-même le gîte de ses proies.

Bibliographie

  • Pierre-Alain Oggier, La Faune, Martigny 1994

Article connexe



Outils personnels