Louis Gross

De Wikivalais

Sommaire

Biographie

Louis Gross est né le 14 avril 1834 à Martigny-Bourg. Il est le fils de l'ancien conseiller d'Etat Joseph Gross (1781-1868) et l'oncle du chanoine Jules Gross.

Il fait ses études d'abord au gymnase de Saint-Maurice, puis au lycée Sion, où il développa un intérêt particulier pour la botanique et la littérature, avant d'intégrer l'école de Droit. Notaire puis avocat, il se perfectionne dans la jurisprudence à Munich et à Paris.

A son retour en Valais, il entame une carrière judiciaire: successivement vice-président (1865-1869) puis président (1869-1877) du Tribunal du district de Martigny, juge au Tribunal du district d'Entremont (1868-1869), et finalement juge instructeur du district de Martigny (1877-1878). Parallèlement il poursuit une carrière politique, tout d'abord au conseil national (1872-1875) puis au Grand-Conseil de 1873 à 1878.

C'est au lycée de Sion que Louis Gross commence à écrire des vers, restés en général inédits. Pendant l'Ecole de droit il rédige ses premières poésies. Mario*** rapporte que, selon les amis de Louis Gross, tout en faisant ses études de droit, il griffonnait de petites pièces de vers sur les marges de son code, boutades pour la plupart, ou épigrammes innocentes à l'adresse de ses condisciples."[1] En 1856, il envoie une pièce pour un concours de poésie de l'Institut national genevois, et le remporte, tout comme d'autres concours.

Une partie de ses œuvres, sélectionnées parmi celles qu'on a pu recueillir à sa mort, est réunie dans un seul volume, Gerbes poétiques, publié après le décès de Louis Gross par le conseiller d'Etat Henri Bioley (1841-1913).

Ses écrits sont datés entre 1854 et 1867, sauf quelques rares exceptions, comme le poème Elle, rédigé en 1877, peu avant sa mort. Ils transmettent son goût pour la nature et révèlent ses tendances classiques pour la forme. Ses poésies sont inspirées par le souvenir de sa défunte fiancée, morte peu de temps avant leur union. Il se mariera quelques années plus tard, avec Joséphine d'Allèves.

En 1877, il tombe gravement malade et s'éteint le 20 juillet 1878.

Bibliographie

Une sélection d'ouvrages:

  • Gerbes poétiques, Genève : H. Trembley, 1882

Pour en savoir plus

  • Henri Bioley, Les poètes du Valais romand; anthologie, Lausanne : Imprimerie J. Couchoud, 1903, pp. 81-95.
  • Mario, "Quelques mots sur la Littérature en Valais", dans: Bibliothèque populaire de la Suisse romande, année 4(1885), août, p.110-116.

Sources

  1. *Mario, "Quelques mots sur la Littérature en Valais", dans: Bibliothèque populaire de la Suisse romande, année 4(1885), août, p.112.
  • Jean-Marc Biner, Autorités valaisannes, 1848-1977/79 : canton et confédération, Sion, 1982, coll. «Vallesia», p. 312.
  • Bernard Monnet, "Gross, Louis", dans le Dictionnaire historique de la Suisse
  • Alphonse Sidler, Les principaux poètes valaisans, Bâle : Imp. du "Basler Volksblatt", 1898, pp. 15-21.
  • Jules-Bernard Bertrand, "La littérature valaisanne contemporaine", dans Echos de Saint-Maurice, 40(1941), pp. 168-170.


Outils personnels
Autres langues