José Giovanni

De Wikivalais

Sommaire

Années de naissance et de décès

1923-2004

Biographie

D'origine Corse, José Giovanni (de son vrai nom Joseph Damiani) est né le 22 juin 1923 à Paris. Il grandit dans une famille d'hôteliers, avec des parents qui jouent, au poker pour le père, à la roulette pour la mère. Le crash de 1929 laisse la famille ruinée, mais ils parviendront à se retourner et ils tiennent par la suite un hôtel à Chamonix. Là José Giovanni se découvre une passion pour la montagne.

En 1944, en pleine guerre, il va rejoindre sa soeur à Nantes. Il y participe à des actions de la résistance, et est fait prisonnier. Il parvient toutefois à s'évader et à rejoindre Paris en 1945. Mais, dès lors, la guerre étant finie, il se retrouve recruté par son oncle et son frère, membres de la pègre de "Pigalle", pour participer à des chantages sur d'anciens trafiquants de l'Occupation. Malheureusement, une fois les événements tournent mal et une des victimes parvient à se saisir d'un revoler et tire dans les jambes de José Giovanni. Ce dernier sera arrêté chez lui après avoir été soigné. Il est condamné à mort. Toutefois, son père parvient, à force d'opiniâtreté, à obtenir sa grâce du Président Vincent Auriol. Il a dès lors une énorme dette envers son père, mais il n'en mesurera que tard l'importance, et les deux hommes entretiennent une relation conflictuelle qui va influencer José Giovanni dans son oeuvre.

Il sort finalement de prison en 1956, avec un journal qu'il avait tenu dans le couloir de la mort. Après l'avoir lu, son avocat l'incite à écrire. 3 ans plus tard, Jacques Becker aimerait adapter son premier livre, Le Trou au cinéma. José Giovanni participe à l'écriture des dialogues. C'est le début d'une deuxième carrière, celle de scénariste-dialoguiste. Après une jeunesse plus que tumultueuse c'est la gloire qui l'attend. Il côtoie alors Jacques Deray, Henri Verneuil, Claude Sautet, Lino Ventura...

En 1965, il débute une troisième carrière et se lance dans la réalisation cinématographique, avec La Loi du Survivant. Fidèle du film noir, il tourne avec les plus grands de l'époque: Delon, Belmondo, Gavin, Claudia Cardinale et naturellement Ventura, avec qui il entretient une amitié sans faille. Il dirige entre autres Deux hommes dans la ville avec Jean Gabin et Alain Delon.

En 1969, il s'installe aux Marécottes. En 1988, il marque une pause dans sa vie professionnelle, pour s'investir davantage dans sa vie personnelle. Il fait alors des virées en montagnes et en vélo, et se lance dans l'écriture de son roman le plus personnel: le parcours de son père pour le sauver de l'échafaud.

Romancier, scénariste, dialoguiste et réalisteur, José Giovanni meurt finalement le 22 avril 2004 à Lausanne, laissant derrière lui vingt et un romans, un livre de souvenirs, trente-trois scénarios, quinze films et cinq téléfilms.

Bibliographie

Une sélection d'ouvrages:

  • Le pardon du Grand Nord, Paris : Fayard, 2004
  • Comme un vol de vautours, Paris : Fayard, 2003
  • Le deuxième souffle, Paris : L'Avant-Scène, 2003
  • Mes grandes gueules, Paris : Fayard, 2002
  • Les chemins fauves, Paris : R. Laffont, 1999
  • Le prince sans étoiles, Paris : R. Laffont, 1998
  • Les aventuriers, Paris : Gallimard, 1998
  • Il avait dans le coeur des jardins introuvables, Paris : R. Laffont, 1995
  • Les loups entre eux, Paris : J.C. Lattès, 1982
  • Le trou, Paris : L'Avant-Scène, 1962

Découvrez et empruntez les oeuvres de José Giovanni disponibles à la Médiathèque Valais

Pour en savoir plus

  • "Plaisir de lire" / Canal 9 Sierre; présentation: Romaine Mudry. Nº 9, Avec José Giovanni. - Sierre: Canal 9, 1995. - 1 vidéocassette VHS (ca 55 min.): couleur.
  • site sur José Giovanni

Sources



Outils personnels
Autres langues