Grillon

De Wikivalais

Dans les prés ensoleillés, les grillons viennent de terminer leur dernière mue. Armés de leurs instruments musicaux, ils emplissent l'air de leur ritournelle. Que serait la vie des premiers oiseaux migrateurs insectivores sans ces insectes précoces? Les premiers insectes se recensent principalement parmi les espèces qui hivernent à l'état adulte ou à un stade larvaire avancé. Ainsi s'explique l'apparition, dès les premiers beaux jours de mars, de papillons nymphalidés : petite tortue, robert-le-diable et paon de jour. A cette saison, seuls les chatons de saules offrent le pollen nécessaire à ces premiers messagers du printemps: c'est pour eux et pour les abeilles que la loi interdit la cueillette de ces rameaux jaunes.

Dodu, noir, luisant, plus trapu que les sauterelles dont il porte les longues antennes, le grillon des champs vit dans un terrier à usage personnel : c'est là qu'il hiberne, c'est là qu'il se retire en été durant les jours de mauvais temps ou en cas de danger. Profond de 30 à 50 cm, ce terrier ne sert ni à la ponte ni à l'élevage des jeunes ! Comme les adultes meurent en été, les nouveaux venus trouvent en automne des terriers disponibles pour l'hiver qu'ils passent dans un état larvaire presque abouti. Réveillés aux premières chaleurs du printemps, les grillons muent encore deux fois et peuvent chanter en mars déjà dans sites bien exposés comme le coteau de Chermignon ou les prairies sous le village de Mase. Animal des prés et des prairies, le grillon des champs évite les steppes, les terres labourées et la forêt. Il stridule au moins jusqu'à 1700 m à Eison. Peut-être monte-t-il plus haut encore ?

Moyennant un peu de patience, il est facile de constater que le cri-cri typique du grillon est un chant d'appel : dès l'arrivée d'une femelle attirée par cette ritournelle, le mâle change de mélodie et adopte le chant de cour, beaucoup plus excité et aigu, qui prélude à l'accouplement. La ponte a lieu dès juin et les larves éclosent deux semaines plus tard. Le grillon domestique anime les maisons de son chant semblable à celui de son cousin des champs. C'est lui qu'on entend parfois en pleine ville par les soupiraux. Dans les décharges d'ordures, il tire profit de la chaleur de fermentation pour rester actif tout l'hiver.

Le grillon d'Italie se distingue par un chant très mélancolique. Thermophile, il vit sur les buissons des zones sèches, ne dépassant guère 1200 m d'altitude dans les endroits les plus favorables. Actif principalement de nuit, il est capable de tromper ses ennemis par un chant émis en sourdine, très difficile à localiser.

Le grillon des bois, petit et noir, est très commun dans la litière. On le rencontre aussi dans les haies et dans certains vergers à hautes tiges. Son chant ressemble à celui du grillon d'Italie en moins mélodieux et plus discret. Au pied de la Sasse, à Bagnes, les soirs de septembre, il emplit complètement l'espace sonore de la nuit. Son cycle vital s'étendant sur deux ans, il lui arrive de chanter en plein hiver, dans les pinèdes ou les chênaies chaudes de l'adret.

Bibliographie

  • Pierre-Alain Oggier, La Faune, Martigny 1994

Article connexe



Outils personnels