Fourmi-lion

De Wikivalais

Sous les mottes d’herbes qui font avant-toit au sommet du talus, les larves de fourmis-lions, un névroptère doté de deux grandes paires d’ailes, ont creusé de petits entonnoirs dans la poussière la plus fine, bien à l’abri de la pluie. Ce sont des pièges redoutables : qu’une fourmi imprudente s’aventure au bord, et la larve du prédateur, avertie de cette présence par un mini-éboulement, se met à tirer des jets de sable sur l’intruse qui perd pied. Malgré ses efforts, la future proie glisse inexorablement au fond du cône inversé où l’attend une pince mortelle. Une de ces mises à mort à laquelle j’ai assisté. a duré plus de trente minutes. Pour rien : dans ses contorsions assassines. Le fourmi-lion ayant momentanément perdu sa proie a été distrait par l’arrivée d’une graine portée par le vent, qu’il attaqua aussitôt. Mais l’absence de vie lui fît lâcher prise. Il tenta encore quelques jets de sable, dont l’un propulsa la graine bien loin, ,mais ne trouva pas la fourmi qui ne donnait – et pour cause – plus aucun signe de vie......

Bibliographie

  • Pierre-Alain Oggier, La Faune, Martigny 1994

Article connexe



Outils personnels