Foulque macroule

De Wikivalais

La foulque macroule (Fulica atra) est à plusieurs titres l’exception de la famille (les rallidés). Ses pattes palmées et son manque de discrétion en font le plus connu, sinon le plus beau des rallidés : seuls son bec et son front blancs agrémentent sa livrée noire. Plus aquatique que les autres rallidés, elle recherche les grands plans d’eau où elle nage avec aisance, hochant la tête comme la poule d’eau à chaque mouvement de ses pattes. Elle plonge bien et peut accéder à des plantes hors de portée du canard colvert.

En Valais, la foulque fréquente les étangs de Loèche (2 couples) , les marais d'Ardon (~5 couples) de Finges (2 couples), de Pouta-Fontana (15 couples) et –record cantonal d’altitude – le lac de Morgins (1-2- couples). De nouveaux couples se sont installés sur des étangs récemment crées : bassin de l’autoroute à Vétroz, Petit Rhône à Saxon. Ses besoins alimentaires ne lui permettent pas de coloniser des lacs oligotrophes comme celui de Derborence ou de Champex que le colvert habite.

Peu élégante, la foulque mérite quelque attention en raison de son irrascibilité. A Pouta-Fontana, au début de la nidification, en mars-avril, la bande hivernale se dissocie et chaque couple s’approprie une partie du plan d’eau et un secteur des rives où il va bâtir son nid. Les disputes entre voisins sont du plus haut comique : adoptant un air menaçant, les couples se font face, cou tendu en avant, plumage hérissé, ailes entrouvertes. Parfois la démonstration dégénère en poursuite au pas de charge, sur l’eau.

Ce comportement peu sociable leur joue des tours : lors d’années sèches, les plans d’eau réduits concentrent tout l’effectif sur une surface si petite que les disputes incessantes font échouer bien des nichées.

Bibliographie

  • Pierre-Alain Oggier, La Faune, Martigny 1994

Article connexe



Outils personnels