Etat patricien

De Wikivalais
L'évêque et les bourgeois

Après une phase de construction, marquée notamment par les conflits entre les Patriotes et l’évêque et l’émergence de la Réforme en Valais, l’Etat patricien atteint son apogée dans les années 1600. Les Patriotes vont asseoir leur victoire et imposer leur loi. La « Caroline », prétendue donation du comté du Valais faite par Charlemagne à l’Eglise de Sion, est abolie. Quant à l’évêque, il se voit contraint de capituler. L’équilibre du pouvoir entre le prince-évêque et les Patriotes est radicalement modifié. L’évêque va subir l’assaut du clan calviniste dominé par la personnalité de Mageran qui obtient la renonciation officielle à la « Caroline » en 1634. Les Patriotes concrétisent leur rêve : séparer le temporel du spirituel. Sous l’impulsion de Michel Mageran, le Valais marche vers le centralisme. A tous les niveaux de l’Etat, la centralisation est perceptible. Le conseil de dizain, qui joue un rôle de transmission entre les communes et la Diète, devient un rouage unificateur. Le bailli Mageran accroît également les pouvoirs de la Diète en créant notamment une caisse d’Etat.

Dès la fin du XVIe siècle, des membres du patriciat accroissent leur fortune grâce à la mainmise sur les échanges commerciaux. Deux personnages, Mageran et Stockalper, ont marqué cette période. Leur réussite économique et leur richesse leur donnent un poids politique qui leur permettra de présider aux destinées du Valais. Leurs parcours sont comparables. Mais, un complot se monte contre Stockalper et il est mis en accusation à la Diète de mai 1678. Sa chute, en décembre 1679, est un révélateur du fonctionnement de l’Etat patricien. Les familles composant l’élite trustent profits et charges, le clientélisme et les liens de parenté remplaçant souvent les compétences. Accusé de malversations, il prend la fuite pour sauver sa vie et ses biens sont confisqués. A sa mort à Brigue, le 29 avril 1691, les passions se sont apaisées et les « panégyriques célébrant le « Grand Stockalper » commencent à fleurir.

Bibliographie

  • Histoire du Valais, Annales valaisannes 2000-2001, Sion, 2002

Articles connexes



Outils personnels