Chronologie du Valais - Epoque romaine

De Wikivalais

Une sélection des événements des périodes celtique et romaine en Valais, de - 1000 av. J.-C. à 475 après J.-C.


Vers 16/15 av. J.-C

  • Le Valais (Vallis Poenina) est annexé à l'Empire romain et fait dès lors partie de la province de la Rhétie-Vindélicie, jusque vers le milieu du Ier siècle apr. J.-C.
Les territoires des Nantuates, des Véragres, des Sédunes et des Ubères forment, jusqu'au milieu du Ier siècle, quatre cités distinctes. Un gouvernement romain sera, par la suite, à la tête du Valais. L'influence romaine sur la vie quotidienne des autochtones se fera plus ou moins sentir selon la proximité de la route du Mont-Joux. C'est le début de l'utilisation du mortier dans la construction. L'usage de l'écriture et la pratique du latin se répandent rapidement. La monnaie romaine remplace celle des indigènes.

Entre 450-16 av. J.-C

  • Premières installations permanentes d'habitants dans les vallées de Binn et de Conches.

Au milieu du Ier siècle av. J.-C

  • Octodure (Martigny) est dotée d'un temple indigène celtique qui sera fréquenté de manière continue jusqu'à la fin du IVe siècle après J.-C.; sous la domination romaine, il sera intégré dans un vaste enclos sacré appelé temenos.

Hiver 57/56 av. J.-C

  • Galba est envoyé pas Jules César pour prendre le contrôle du versant nord du col du Mont-Joux. Sa tentative échoue après que ses troupes, qui avaient pris leurs quartiers d'hiver dans une partie du vicus d'Octodure, eurent été mises en déroute par les Véragres aidés des Sédunes.

Entre 800-450 av. J.-C., (Premier âge du Fer ou civilisation de Hallstatt)

  • Etablissement d'une communauté villageoise à Brique-Glis/Waldmatte; le site sera occupé jusqu'à la fin de l'époque romaine (IVe/Ve siècle), subissant plusieurs réorganisations et reconstructions; on a trouvé, à l'intérieur des maisons, plus de cent tombes d'enfants morts en bas âge.

En 800-450 av. J.-C.

  • un mobilier caractéristique valaisan (les premiers anneaux valaisans à tige en ruban) se développe aux côtés d'éléments en provenance du sud des Alpes et du Plateau suisse.

A la fin du Ier siècle

  • Construction d'un petit temple romain dédié à Jupiter / Poeninus, au Plan de Joux (le culte est attesté dès l'époque de La Tène), sur le col du Mont-Joux, avec ses deux bâtiments, sans doute pour l'hébergement des voyageurs et des prêtres; le temple sera fréquenté jusqu'à la fin du IVe siècle.

Début du IIe siècle

  • Construction de l'amphithéâtre de Martigny, signe de la prospérité économique de la ville.

Premier quart du Ier siècle

  • Au col du Mont-Joux, l'esclave Phoebus dédie une inscription au dieu Poeninus, il s'agit de la plus ancienne tablette votive datée trouvée sur le col.

Ier siècle

  • Trois sanctuaires non-chrétiens existent à Leytron, sans doute regroupés à l'intérieur d'un enclos sacré plus vaste; ils seront utilisés jusqu'au IVe siècle.

Entre le Ier-IIe siècle

  • Une tête de taureau tricorne d'Octodure (Martigny), unique représentation (grandeur nature) conservée de cette divinité zoomorphe gauloise.

Vers la fin du IIe siècle

  • Des habitants de Martigny édifient un sanctuaire (mithraeum) dédié au dieu Mithra, d'origine iranienne; il sera fréquenté jusque vers le début du Ve siècle.

Entre 286 et 305

  • Selon une tradition partiellement vérifiée, martyre de la Légion dite thébaine à Saint-Maurice d'Agaune

Au IVe siècle

  • Propagation du christianisme en Valais. A Martigny, siège de l'évêque, édification, dans d'anciens bâtiments romains érasés pour l'occasion, d'une cathédrale double, à l'emplacement de l'église Notre-Dame actuelle.

Entre 308 et 312

  • La route du Mont-Joux est l'objet de grands travaux comme l'atteste la présence de nombreuses bornes militaires érigées sur son tracé.

En 377

  • A Sion, le gouverneur de la province des Alpes Poenines, Pontius Asclepiodotus, fait graver une inscription portant un signe chrétien; il s'agit de la plus ancienne inscription chrétienne datée, trouvée sur le sol suisse.

En 381

  • Saint Théodule (Théodore), premier évêque connu du Valais, participe au concile d'Aquilée. Il a son siège à Martigny; c'est à lui qu'est révélée l'existence des ossements des martyrs thébains de Saint-Maurice; il les fera relever et leur construira un premier sanctuaire adossé au rocher.

Au Ve siècle

  • Une grande église funéraire est édifiée à Sion, Sous-le-Scex, au sud-ouest du rocher de Valère; elle est liée à l'existence d'un vaste cimetière paléochrétien, lui-même édifié sur un lieu déjà utilisé au Second Age du Fer.

Entre l'an 41-54

  • L'empereur Claude est vraisemblablement l'auteur de la séparation du Valais d'avec la Rhétie; le Valais constituera alors à lui seul la province des Alpes Poenines (souvent réunie à la Tarentaise sous l'autorité d'un même gouverneur); l'empereur améliore la route passant à travers le col du Mont-Joux; il réunit les quatre territoires (cités) des Nantuates, Véragres, Sédunes et Ubères en une seule cité valaisanne.

En l'an 41-47

  • L'empereur Claude fonde, à proximité immédiate de l'Octodure gaulois, Forum Claudii Vallensium (Martigny), ville d'étape et de marché, qui devient capitale du Valais.

En été 457

  • Le Valais passe dans le royaume burgonde, à la suite de l'installation de Burgondes dans le pays.

Dans la seconde moitié du Ier siècle

  • Trois stèles funéraires découvertes à Sion montrent que des personnages importants de l'élite instruite étaient établis dans la cité ou ses environs.
  • Martigny (Forum Claudii Vallensium) possède un nouveau temple, de type gallo-romain, situé à l'extérieur de la ville antique.

En mars-avril 69

  • Une troupe romaine, aux ordres du légat Caecina, franchit le Mont-Joux pour rallier Vitellius en Italie.


Bibliographie

  • Jean-Luc Rouiller, Le Valais par les dates : des origines à la bataille de la Planta, Bibliothèque cantonale du Valais, 1995


Outils personnels