Chronologie du Valais - Epoque moderne

De Wikivalais

Une sélection des événements marquants de 1475 à 1798.


1477

  • 31 décembre : L'évêque Walter Supersaxo et les dizains décident, à la Diète, les modalités de l'incorporation du Bas-Valais (jusqu'à Saint-Maurice), garantissent tous les droits acquis; le Bas-Valais devient pays sujet du Haut-Valais (future République des VII Dizains); le territoire de Monthey, jusqu'à la Morge de Saint-Gingolph, demeure savoyard; le Bas-Valais n'aura pas de députés à la Diète, mais sera représenté par un gouverneur haut-valaisan qui résidera à Saint-Maurice.

Vers 1481

  • L'évêque Walter Supersaxo frappe les premières monnaies épiscopales du Valais.

1481

  • Procès de sorcellerie contre le notaire Pierre de Torrenté du Val d'Anniviers.

Entre 1482 et 1496

  • Episcopat de Jost de Silenen (vers 1445-1497), de Küssnacht (ZH), élu en juillet 1482 et confirmé par Rome le 2 août; la Diète, désireuse d'accroître son pouvoir, impose au futur évêque, le 18 mai 1487, des conditions pour son élection (capitulation électorale), qui alimenteront pendant plusieurs siècles d'incessantes querelles entre l'évêché et la Diète; à la suite de son échec politique dans le val d'Ossola, il devra quitter son diocèse le 15 avril 1496, sous la pression de Georges Supersaxo et des patriotes.
Jost de Silenen et les arts:
Au cours d'un épiscopat difficile et malheureux (guerres contre l'Ossola), Jost de Silenen favorise la construction et les arts (troisième phase de la reconstruction de la cathédrale de Sion...); il possède un beau bréviaire illustré, en deux volumes (1493); c'est sous son épiscopat que le curé de Naters, Johannes Armbruster, fonde le magnifique maître-autel de Glis, et que Henri Fischer compose un long poème en allemand à la gloire de Saint-Théodule; Jost de Silenen commencera l'exploitation de mines d'argent à Bagnes.

1483

  • 24 février : Les VII Dizains font valoir des prétentions sur le Bas-Valais: chaque dizain exige de l'évêque un versement annuel de 200 florins, comme récompense pour la guerre contre la Savoie; en 1490, ils exigeront un véritable partage du Bas-Valais.

Entre 1484 et 1495

  • Guerres de l'Ossola. Depuis les guerres de Bourgogne, une dangereuse tension règne entre le Valais et Milan; le 19 octobre 1484, une armée épiscopale franchit le Simplon en dépit de l'opposition de quatre dizains; l'intervention des Confédérés et la défaite à Crevola, le 28 avril 1487, n'entraîneront qu'une brève trêve, puisque les hostilités reprendront la même année pour ne se terminer qu'à la signature du traité de paix avec Milan, les 7 et 9 janvier 1495.

1488

  • Nomination du premier gouverneur du Bas-Valais en la personne de Jean de Platea; par la suite, 27 gouverneurs, résidant au château de Saint-Maurice, se succéderont jusqu'en 1536, date à laquelle le Bas-Valais sera divisé en quatre gouvernements.

1490

  • 30 mai : Accord entre les patriotes et l'évêque pour le partage du Bas-Valais; ce dernier conserve Ardon, Chamoson, Martigny et Massongex; les anciens fiefs savoyards sont laissés aux VII Dizains, qui adopteront des méthodes administratives plus simples que celles pratiquées par les Savoyards.

1498

  • L'évêque Nicolas Schiner frappe les premiers thaler valaisans.

1499

  • Début de l'épiscopat de Mathieu Schiner(vers 1465-1522) qui se poursuivra jusqu'en 1522. Il est nommé par Rome le 20 septembre 1499 sans le consentement du Chapitre et sera consacré le 13 octobre; il sera créé cardinal le 10 mars 1511; il devra quitter le Valais le 30 août 1517 et faillira être élu pape en décembre 1521; dès 1510, une violente rivalité divisera le Valais, l'opposera à Georges Supersaxo; il encouragera la construction et la rénovation de nombreuses églises: Saint-Théodule à Sion, Rarogne, Ernen, Münster et son bel autel surmonté d'un tryptique de Jörg Keller de 1509, ainsi que la construction d'un hôtel à Loèche-les-Bains. Mathieu Schiner cumulera de nombreux bénéfices durant sa vie: évêché de Novare (dès 1512); évêché de Catane (1520); prévôté de Würzbourg (1511-1513); pension annuelle de 1000 florins; bénéfice indeterminé aux dépens de l'évêque de Gurk; revenus civils et ecclésiastiques jusqu'à 20000 florins annuels dans les diocèses de Cologne et de Besançon et les villes de Genève et Strasbourg; revenus de la prévôté de Crescenzago (1513)...; il en perdra une bonne partie après Marignan. Mathieu Schiner aura l'appui et la confiance des papes Jules II et Léon C, du duc de Milan Maximilien, de l'empereur Charles Quint et du roi d'Angleterre Henri VIII; mais il s'opposera toute sa vie au roi de France; il sera l'ami d'Erasme. Durant la seconde moitié de sa vie, trop accaparé par les affaires de politique européenne, il aura une activité extrêmement restreinte dans le diocèse de Sion. Il laissera trois enfants naturels.

Fin de XVe siècle

  • L'architecte Jean Vaulet-Duvoyer, de Vouvry, travaille dans le Chablais; on lui doit, en Valais, le choeur (vers 1488) et la nef (dès 1493) de l'église de Vouvry, le clocher du Châble avec le choeur (dès 1488) et peut-être le clocher de Vollèges (1456-1507).

Fin XVe-début XVIe siècle

  • La limite des langues se déplace jusqu'à la Raspille (Sierre); à Sion, l'allemand devient la langue dominante à l'église, dans l'administration et à l'école, et ce jusqu'à la Révolution française.
  • L'évêque Walter Supersaxo et son fils naturel, Georges, réunissent une importante bibliothèque de manuscrits et d'incunables. Les principales oeuvres de la bibliothèque Supersaxo, aujourd'hui conservées à la Médiathèque Valais-Sion:
    • Le viandier, faussement attribué à Guillaume Tirel, dit Taillevent: manuscrit culinaire rédigé dans la seconde moitié du XIIIe siècle.
    • Les six âges du monde (seconde moitié du XIVe siècle) qui retrace l'histoire de l'humanité.
    • Du fait de cuisine, recueil de recettes de cuisine du cuisinier d'Amédée VIII, Maistre Chiquart.
    • Cosmographie de Protlémée,incunable de 1482 accompagnant 32 cartes coloriées.
    • Liber chronicarum de Hartmann Schedel, incunable de 1493, comportant plus de 2000 gravures sur bois.
  • Une importante activité artistique se développe dans le Haut-Valais; plusieurs témoins nous sont parvenus:
    • Retable de Glis (Nativité, Adoration des Mages, Annonciation)
    • Triptyque de Findelen
    • Triptyque de Lötschen (Vierge àl'Enfant), de même artiste que les précédents,issu de l'Ecole du Haut-Rhin
    • Nouveau choeur (1491) de l'église de Münster avec un beau retable (1509) de Jörg Keller
    • Retable de Brigue
    • Retable d'Ernen

Dès 1500 et pendant le XVIe siècle

  • Le nombre de soldats valaisans engagés dans les armées étrangères est toujours plus important, ce qui permettra à plusieurs familles d'acquérir leur titre de noblesse; la Diète s'efforcera à plusieurs reprises de mettre un frein à ce mouvement (en 1536,1543,1562,1568,1572-1574,1536...). Au début du siècle, de nombreux soldats s'engagent en Italie sous l'influence de Mathieu Schiner; par la suite, la France, la Savoie (1610-1615...)et l'Espagne attireront aussi les soldats valaisans, jusqu'au XIXe siècle.
  • Réalisation d'une fresque de la chapelle de l'ossuaire de Loèche, représentant une danse des morts.
  • Hans Rinischer est le peintre le plus en vue en Valais; il exerce ses talents dans les églises de Rarogne, d'Ernen, de Sion (Saint Théodule), de Glis, sur les murs du Grand Pont à Sion, etc.
  • Le grand architecte et maître d'oeuvre Ulrich Ruffiner, originaire de Prismell, travaille à plusieurs oeuvres d'art (gothique tardif) en Valais. Les principales oeuvres de Ruffiner : La maison de la majorie à Nendaz (1505), sa maison à Rarogne (1513), la chapelle de l'ossuaire de Naters (1514), les églises de Rarogne (1508-1514/1517), d'Aproz (Saint-Théodule), de Saint-Germain à Savièse (1523), le choeur de l'église Saint-Théodule à Sion (1514-1516) et celui de l'église d'Ernen(1520), la chapelle Sainte-Anne à Glis (1519).

Vers 1506-1509

  • Mathieu Schiner fonde à Sion la première école allemande en aval de Loèche; le premier maître est Simon Inalbon; cette fondation participe de la volonté de Schiner de déplacer la frontière linguistique vers l'ouest.

1510-1522

  • Conflit entre Schiner et Supersaxo, qui aura de graves conséquences sur la vie politique valaisanne en portant atteinte au prestige de la dignité épiscopale.
L'origine des rivalités entre Mathieu Schiner et Georges Supersaxo est à rechercher dans le renouvellement de l'alliance avec la France, à la suite de quoi G. Supersaxo sera déclaré coupable de haute trahison, de révolte et de fuite (Diète du 11 mai 1510); à plusieurs reprises il sera arrêté, condamné, ce qui provoquera, entre autres, une levée de la mazze en sa faveur le 10 novembre 1510. La Diète prenant tour à tour parti pour l'un et pour l'autre, M. Schiner se verra aussi contraint de quitter le Valais.
Dès 1512, le pape intervient dans le conflit, excommuniant G. Supersaxo (2 avril) - ce qui l'amènera à se rendre à Rome où il sera emprisonné, avant d'être libéré le 11 décembre 1515 - , prenant des mesures contre M. Schiner (levées le 12 janvier 1519), envoyant un protonotaire apostolique en Valais (à Sion dès le 1er juin 1520). G. Supersaxo et ses amis seront mis au ban de l'empire le 30 janvier 1518.
Les cantons et la Diète fédérale prendront aussi position dans ce conflit, s'efforçant d'y apporter une solution, en organisant assemblées, conférences, procès. Les tensions s'apaiseront en 1514, avant de reprendre en 1517 pour se poursuivre jusqu'à la mort de Schiner en 1522.

Vers 1511-1514

  • Mathieu Schiner supervise une nouvelle édition des Statuts valaisans (Landrecht des Cardinals Schiner), la plus importante jusqu'à cette date; face à la menace de Georges Supersaxo, il y réafirme sa position de prince.

1516

  • 29 septembre : François 1er signe, à Fribourg, un traité de paix perpétuelle avec les Condédérés et le Valais.

1521

  • 28 février : Mathieu Schiner obtient de l'empereur Charles Quint la confirmation de la Caroline, ce qui réaffirme sa position de prince de l'empire.
  • 23 mai : Publication des nouveaux Statuts valaisans (Landrecht) qui resteront, en tant que Corpus juris Vallesii, en vigueur jusq'à l'introduction du code civil valaisan en 1855, après avoir subi plusieurs additions et modifications.

1522

  • 15 juin : Les premiers ermites s'installent à Longeborgne, au-dessus de Bramois; fondation éphémère,puisque vingt ans après, tous les frères sont morts.
  • 1er octobre : Mathieu Schiner meurt de la peste, à Rome; les rivalités qui l'opposèrent à Georges Supersaxo se poursuivront entre ses héritiers et ce dernier; un arrangement n'interviendra qu'à la fin juillet 1526, par la levée de l'excommunication de Supersaxo.

1523

  • 13 février : Date du plus ancien texte connu relatif à la topographie générale du canton: description du diocèse de Sion, composée par Jean Rott (ou Rotten) d'Embd, prêtre à Viège.

1524

  • 10 septembre : pour la première fois, la Diète fait mension de la secte luthérienne et défend toute discussion religieuse; elle décrète que les personnes qui ont des idées luthériennes et qui les propagent doivent être déférées aux juges et punies; sans grands effets, ces interdictions seront répétées à plusieurs reprises.
Le protestantisme en Valais:
Le XVIe siècle et le début du XVIIe peuvent être placés sous le signe des luttes entre protestants et catholiques, luttes tant religieuses que politiques. Le mouvement protestant, qui a surtout touché les villes et les familles patriciennes au pouvoir, atteint son apogée vers 1600. Il se propage en Valais par l'intermédiaire des Valaisans partis étudier dans les écoles protestantes, par le voisinage des Bernois, par l'introduction de livres réformés. Sous l'épiscopat d'Adrien II de Riedmatten (1604-1613) le catholicisme commence à redresser la tête pour finalement s'imposer.

1529

  • 9 février : La Diète condamne Georges Supersaxo à 12000 écus d'amende; chassé du Valais par la levée de la mazze, il se réfugie à Vevey où il meurt en mars de la même année; il nous a laissé une belle maison à Sion, célèbre pour la décoration de la grande salle du deuxième étage avec son plafond sculpté en 1505 par Jacobinus Malacrida; en 1519, il avait confié à Ulrich Ruffiner la construction de la chapelle Sainte-Anne à Glis.

1536

  • Le Rhône est barré par un énorme éboulement de rochers descendus sur le village, maintenant détruit, d'Arbignon en face d'Evionnaz; un lac se forme jusqu'à la hauteur de la Pissevache.
  • Novembre : Un incendie ravage le château épiscopal de la Majorie; l'évêque le fera restaurer par l'architecte Ulrich Ruffiner.

1536 et 1569

  • Le Bas-Valais est divisé en quatre gouvernements (Saint-Maurice, Monthey, Evian et Saint-Jean-d'Aulps), chacun dirigé par un gouverneur nommé par la Diète; cette situation durera jusqu'au traité de Thonon, le 4 mars 1569.

1538

  • 13 juillet : Lettre de l'humaniste Thomas Platter (vers 1499-1582) à Henri Bulliger dans laquelle il fait le point sur la Réforme, persuadé que le Valais adhérera finalement à la nouvelle religion, grâce à l'appui des élites dirigeantes; Platter nous laissera aussi une autobiographie dans laquelle il raconte ses années de jeunesse passées en Valais.

Vers 1544

  • Pour assurer l'approvisionnement en sel, l'évêque Adrien de Riedmatten tente d'exploiter une source salée découverte à Combioulaz (Saint-Martin) vers 1530, en installant un fourneau pour cuire le sel; non rentable, l'exploitation sera arrêtée vers 1549; la dépendance de l'étranger (surtout de la France) pour le sel exercera une influence sur les décisions politiques des VII Dizains aux XVIe et XVIIe siècles.

1545

  • Sébastien Müller publie la plus ancienne carte du Valais, tracée par Jean Schalbetter.

1548

  • 21-23 mars : La chronique du pasteur Johannes Stumpf (Gemeiner loblicher Eydgnoschafft Stetten, Landen und Völckeren chronikwirdiger thaaten beschreybung), publiée à Zurich l'année précédente, est présentée à la Diète et y reçoit un accueil favorable; le XIe livre est consacré au Valais, avec liste descriptive des paroisses et des évêques de Sion; cette partie, composée par Jean Miles, à la demande de Stumpf, est le premier document historiographique complet relatif aux évêques; on trouve aussi dans cette chronique la plus ancienne estampe topographique du Valais, une vue de Sion.

Entre 1549 et 1550

  • La peste fait environ 300 morts dans la vallée de Conches. "Guerre des masques": soulèvement populaire à la suite du renouvellement de l'alliance avec le roi de France.

1549

  • 6 octobre : Après plusieurs mois de tractations marquées par l'opposition de plusieurs dizains, la Diète se prononce à la majorité pour l'acceptation du renouvellement de l'alliance avec la France; cette alliance sera reconduite jusqu'au XVIIIe siècle.

Fin 1549-début 1550

  • Les opposants au traité, surtout les dizains de Sierre et de Loèche, font monter la pression en prétendant que la classe dirigeante a vendu le Valais au roi de France.

1550

  • En janvier, la révolte populaire éclate à Loèche; les 6-7, les insurgés, dont les sujets du Lötschental, remontent la vallée du Rhône jusqu'à Viège, accompagnés des porteurs de cloches (Trinkelstier); des menaces sont proférées à l'encontre de l'évêque et des autorités civiles.
  • le 20 janvier, les dizains se rassemblent à Sion (à Pratifori) sous l'autorité de l'évêque et du bailli; le calme se rétablit; la Diète prendra des mesures pour retrouver les responsables de la révolte, dont le chef semble avoir été le vieux major de Loèche, Perrin Jenilten.
  • Les 27-28 mars, Sion et les V Dizains (Conches, Brigue, Rarogne, Loèche et Viège) signent une alliance pour éviter que ce tels événements ne se reproduisent et rappeler aux sujets du Lötschental et Gesteln leur dépendance face aux V Dizains; ce ne sera qu'en 1790 que Lötschen rachètera sa liberté pour 1000 écus.

1555

  • Automne : Onze à douze Bibles protestantes et une chronique imprimées en allemand à Zurich sont introduites illégalement dans le Haut-Valais; elles seront brûlées, soulevant passions et débats.

1560

  • Un incendie détruit presque toute l'abbaye de Saint-Maurice.

1569

  • 4 mars : Après des années de tractations, les VII Dizains et la Savoie signent traité de Thonon: les Valaisans rendent à la Savoie les gouvernements d'Evian et du val d'Aulps; celui de Monthey reste au Valais avec celui de Saint-Maurice; la Morge de Saint-Gingolph délimite les deux pays; les deux Etats renouvellent leur alliance militaire à cette occasion; ce traité, qui prévoit entre autres que le Valais devra fournir des contingents armés en cas de besoin et que le trafic commercial entre les deux signataires se fera "librement", sans aucune nouvelle imposition nin exaction, sera renouvelé en novembre 1600.

1571

  • 22 mai : L'abbaye de Saint-Maurice se place sous la protection de l'évêque de Sion et des VII Dizains et soumet l'élection de l'abbé à l'intervention de la Diète.

1573

  • 20 décembre : Un fort tremblement de terre secoue le Valais.

1579

  • Entre août et octobre : Importante chasse aux sorcières dans la vallée de Conches.

1584

  • Un tremblement de terre ébranle fortement le Valais.

1595

  • 4 juin : Grande inondation de la vallée de Bagnes jusqû'à Martigny, à la suite de la rupture d'un mur de glace du glacier du Giétro.

Dès 1600 et durant le XVIIe siècle

  • Plusieurs peintres de Lucerne oeuvrent en Valais: Ludwig Dub à Sion (Maison du Diable en 1609 et Maison Waldin en 1612...), Hans Viktor Wegmann à Münster (1642) et Grimisuat (1642-1645); Niklaus Hartmann à Münster.
  • Les évêques favorisent l'introduction des capucins en Valais, pour lutter contre le protestantisme. Ils seront présents à Saint-Maurice dès 1602, à Sion dès 1631; vers le milieu du XVIIe siècle, ils prêcheront plusieurs missions volantes; ils ne s'implanteront pas véritablement dans le Haut-Valais: deux capucins sont mentionnés en 1603, un couvent éphémère sera construit à Brigue en 1659.

Dès 1600 et durant les XVIIe et XVIIIe siècles

  • Fort développement du théâtre populaire (Volkstheater) surtout dans le Haut-Valais, avec des dramaturges comme Johann Peter Imboden (+1764), Johann Georg Garin Ritz(+1773), etc.
  • A l'exception de Conches, la peinture et la sculpture restent l'apanage d'ateliers locaux dont les initiateurs, dès le XVIIe siècle, sont pour la plupart d'origine étrangère; jusqu'au début du XIXe siècle, l'organisation dynastique de ces ateliers locaux en fait de véritables petites écoles familiales; ces artistes fournissent églises et chapelles en peintures murales, en mobilier, sculptures et tableaux divers ainsi que les grandes familles valaisannes.
  • La tradition baroque est la culture dominante, le classicisme français ne faisant aucun émule en Valais; parmi les centaines d'églises ou de chapelles, construites ou transformées, il faut signaler à Brigue l'église du collège jésuite, à Loèche la chapelle des Ringacker (1694), à Reckingen (Conches) l'église paroissiale (1743-1745) des frères Pickel, du Vorarlberg...

1602

  • Johann Venetz, prêtre passé à la réforme, devient le premier curé protestant de Loèche.

1603

  • 20-22 juillet : Dans l'intention de rétablir la paix, une importante Diète se réunit à Sion pour décider de la religion que le Valais adoptera: un vote à main levée décide que le pays conservera la religion catholique romaine; cette Diète et la suivante marquent le début du recul du mouvement réformé en Valais; l'évêque fait référence à la "Caroline" pour imposer son pouvoir.

1607

  • Un incendie détruit une grande partie de Monthey et son château, lequel sera reconstruit en 1663-1664
  • Les premiers jésuites, venus de Lucerne, s'installent en Valais et ouvrent des collèges; ils seront expulsés par un décret de la Diète du 27 février 1627, mais reviendront au milieu du siècle; ils contribueront fortement au développement du théâtre en faisant jouer des pièces par leurs élèves, comme en 1611 à Venthône pour une représentation qui attirera quelque 6000 personnes.

1611

  • 31 janvier : Un éboulement détruit une partie de l'abbatiale de Saint-Maurice.

1613

  • 7-16 octobre : Après la mort de l'évêque, le Chapitre se voit contraint d'accepter, à la Diète de Sion, 15 articles (Conclusum) rédigés par les patriotes, que le futur évêque devra accepter sous serment: renoncement, entre autres, à tous les droits de souvraineté attribués à l'évêque par la Caroline; le Chapitre reconnaît que les VII Dizains sont un peuple libre, de gouvernement démocratique.
  • Début de l'épiscopat de Hildebrand II Jost (1585-1638); il doit renoncer à la Caroline lors de son élection par le Chapitre et la Diète le 15 octobre 1613, ainsi qu'une seconde fois en 1634; il sera confirmé par Rome le 6 septembre 1614 et consacré le 27 novembre 1614 (ancien style); il est le premier évêque à recevoir le glaive de la régalie et les clefs de la Majorie des mains du grand bailli; son épiscopat sera marqué par une lutte constante contre les patriotes pour le pouvoir temporel; le protestantisme continuera son recul. En renonçant à la Caroline, l'évêque et le Chapitre mettent fin à l'Etat corporatif. Le Tiers ordre ne se contente pas de représenter le Pays en face du Prince, mais il enlève à celui-ci la protestas qui est remplacé par la souveraineté des VII Dizains, qui forment dès lors une République. L'abandon de la Caroline ne portait pas préjudice aux droits régaliens temporels, libertés, coutumes, statuts, juridictions et suzeraineté usités jusqu'alors. Il s'agissait simplement de faire reconnaître à l'Eglise un état de fait qui avait toujours existé et que le clergé seul avait menacé en réveillant le spectre de la donation impériale si dangereuse pour la chère liberté héritée des ancêtres. Il n'y avait pas lieu de toucher aux droits que l'Eglise exerçait en se fondant sur la coutume;, mais il ne s'agissait pas de les faire dériver de la Caroline et de contester par là le Haut Domaine des patriotes. L'aristocratie des dizains n'entendait aucunement donner au peuple le signal de la révolution (...). Les patriotes demandaient seulement une concession symbolique, montrant bien qu'ils dominaient l'Eglise de Sion. A la suite de l'abandon de la Caroline, le grand bailli (Landeshauptmann) devient chef du pays, théoriquement conjointement avec l'évêque, mais en réalité les dizains se mettaient au-dessus du prince-évêque.

1615

  • La Diète interdit à l'évêque d'ouvrir les lettres adressées au pays ou au bailli.

1617

  • Décembre : Michel Mageran reçoit le monopole du sel pour dix ans.
  • Janvier : L'évêque n'est plus reconnu comme le haut seigneur du pays, son vote sera désormais identique à celui des autres représentants du peuple.

1618

  • 4 juillet : Après une tentative de l'évêque de se mettre sous la protection spéciale du roi de France, les patriotes l'obligent à signer un acte de renonciation dans lequel ils se présentent comme de véritables protecteurs de l'Eglise et du clergé.

1619

  • 13-15 janvier : Une diétine réunie à Sierre par le vice-bailli Sébastien Zuber (+1639) propose d'abroger le serment envers l'évêque et de lui ôter toute juridiction civile.

1620

  • Août : Dans un contexte lié à l'éclosion de l'art dramatique utilisé pour retremper le peuple dans la foi de ses ancêtres, le chanoine Gaspard Bérody (+1646) fait jouer à Saint-Maurice son Mystère des saint-Maurice et la légion thébéenne (1609) dans lequel paraissent 188 acteurs.

1627

  • Décembre : La Diète décide de frapper monnaie au nom de la République du Valais (mentionnée pour la première fois à cette occasion), à la place de l'évêque.

Vers 1628

  • L'évêque élabore un catalogue des droits régaliens auxquels il prétend.

A partir de 1628

  • C'est le bailli, en non plus l'évêque, qui convoque la Diète.

1634

  • 9 janvier : Le grand bailli Michel Mageran (+1638) obtient de l'évêque la renonciation définitive à la Caroline; l'évêque reconnaît,sur conseil du pape, que les VII Dizains possèdent la suprématie et la souveraineté du pays, que ce peuple est libre et franc et que son gouvernement est démocratique; le Chapitre confirmera la renonciation le 22 décembre 1637, sacrifiant ses privilèges temporels à ceux de la sauvegarde de la religion et de la paix; les contestations et controverses entre les patriotes et le haut clergé au sujet du pouvoir temporel continueront toutefois durant ce siècle et le suivant.

1635

  • Juin : La Dranse emporte le pont de la Bâtiaz et inonde la région de Martigny.

1636

  • Mai : Eboulement à la Dent de Novierroz sur le Bois-Noir (Saint-Maurice); le torrent de la Marre, rebaptisé depuis torrent du Saint-Barthélémy, sort de son lit; l'abbaye organise processions et exorcisme.

1636

  • 17 décembre : Christian de Nucé obtient la concession et les privilèges requis pour la fondation d'une papeterie à Vouvry; elle comptera parmi les plus anciennes fabriques du Valais.

1639

  • Date qui apparaît comme le plus ancien ex-voto valaisan.

Entre 1640 et 1667

  • Le peintre Hans Ludolff d'Erfurt, est installé à Sion; il peint plusieurs oeuvres pour l'évêque, le Chapitre et pour certains hauts dignitaires laïques.

1642

  • Dans sa Topographia Helvetiae, Rhaetiae et Valesiae, Matthias Merian présente une vue célèbre de Sion; le supplément édité en 1653 comporte les premières gavures topographiques de Brigue-Naters, Viège, Loèche et Saint-Maurice.

1644

  • Henri Streler imprime, à Sion, les premiers livres du Valais: une version abrégée du catéchisme de saint Pierre Canisius, une grammaire grecque, un ouvrage sur les bains de Loèche...; ce premier imprimeur exercera son activité jusqu'en 1647.

1646

  • Johannes-Peter Furrer, de Bürchen, grave au burin une série de portraits d'évêques: il est l'un des rares représentants valaisans ce métier, dont il subsiste des oeuvres signées.

1647

  • A Noël, la Diète nomme Gaspard Jodoc Stockalper, dit le grand Stockalper (1609-1691), maître du sel en Valais; il obtiendra le sel de la France et de l'Espagne, par Milan; cette denrée sera à nouveau au coeur des relations triangulaires entre ces trois Etats: pendant trente ans, Stockalper négociera ouvertement avec la France et en secret avec l'Espagne.

1648

  • 20 novembre : Gaspard Jodoc Stockalper propose le creusement d'un canal navigable enter Vouvry et Collombey, pour diminuer le prix du transport du sel et autres denrées dont il avait le monopole; les travaux commenceront le 10 juin 1651 et dureront jusqu'au 14 juin 1659.

1649

  • Mai : A nouveau confrontée au problème lancinant des vagabonds, la Diète décide de tous les expulser du Valais en organisant une Betteljäge ou chasse générale

Dès 1649 et dans la seconde moitié du XVIIe siècle

  • Gaspard Jodoc Stockalper redéveloppe, tant pour le commerce du sel que pour ses propres affaires, le trafic commercial par le col du Simplon, délaissé depuis le milieu du XIVe siècle.

Dès 1650 et dans la deuxième moitié du XVIIe et dans la première moitié du XVIIIe siècle

  • on note l'existence d'un atelier de sculpture à Sion, où travaillent les sculpteurs Bartholomé Ruoff et son disciple Johann Heinrich Knecht, artisans des stalles de Valère (1662-1664); il s'agit là du principal, voire du seul atelier de sculpture repéré dans le Valais central à cette époque.

1651

  • 30 novembre : La Sionne déborde à Sion, détruisant les maisons qui recouvraient son cours.

1657

  • Un nouvel ermite s'installe à Longeborgne; l'ermitage, le plus important du diocèse, abritera une quarantaine d'ermites jusqu'au XXe siècle.

Entre 1657 et 1665

  • Construction de l'Hôtel de Ville de Sion.

1662

  • Octobre : Les jésuites reviennent à Brigue et y fondent un collège, grâce au soutien de Gaspard Jodoc Stockalper; les nouveaux bâtiments ne seront terminés qu'en juin 1673; la Kollegkirche (architecte:Heinrich Mayer) sera consacrée le 31 août 1687; les jésuites devront à nouveau quitter la ville en 1774, avant de revenir en 1814 pour être à nouveau expulsés en 1847.

Vers 1666

  • Gaspard Jodoc Stockalper achève la construction d'un nouvel hospice au Simplon.

1666

  • Histoire du glorieux Saint Sigismond Martyr...: premier ouvrage en français imprimé en Valais, à Sion

Entre 1666 et 1669

  • Ludwig Schreiber imprime à Sion les premiers Lieder du Valais.

Entre 1672 et 1676

  • Construction du château de la Porte du Scex, à Vouvry, pour le châtelain de Vionnaz-Bouveret.

1675

  • Entre les 4 et 14 décembre : La Diète interdit l'usage et la vente du tabac, sous peine d'amende; en mai 1694, Jacques Robert, de Monthey, obtient le monopole de la vente du tabac, aux étrangers seulement, dans tout le gouvernement de Monthey; la Diète de mai 1768 affermera à des magistrats haut-valaisans les bureaux de tabac du Bas-Valais, qui fonctionneront jusqu'en 1798, malgré les protestations des Bas-Valaisans.

1678

  • 3 mars alliance secrète des quatre dizains de Sion, Sierre, Loèche et Viège contre Gaspard Jodoc Stockalper et son monopole du sel.
  • 12-13 mai: les quatre dizains mettent au point une liste de seize griefs à l'encontre de Stockalper.
  • 14 mai: La Diète est convoquée pour prendre connaissance des chefs d'accusation contre Stockalper à la prison pour crime de lèse-majesté et de nombreux autres crimes.
  • 24 mai: Stockalper signe sa propre destitution, selon laquelle il doit remettre aux VII Dizains ses armes et munitions, un fort dédommagement en argent, le sel et les documents officiels en sa possession.
  • Eté: procès contre Stockalper à Viège et à Loèche.
  • En juin, la Diète décide que le commerce de sel ne sera plus remis à des particuliers et qu'il se fera sous le contrôle de l'administration.

1679

  • Septembre: le tribunal de Viège condamne Stockalper à la peine de mort.
  • 11(?)octobre: Stockalper s'enfuit en Italie par le Simplon; il demeure d'abord à Domodossola.
  • Fin octobre-novembre: les biens de Stockalper sont mis en vente.
  • Décembre: la Diète produit un Manifeste contre Monsieur Stockalper en 32 articles, dans lequel elle expose toute sa vie et ses crimes.

1684

  • 5 juin : Après près de cinq ans d'exil, Gaspard Jodoc Stockalper rentre triomphalement à Brigue, ce qui ne manque pas de raviver les tensions; à la fin juin, la Diète statue sur son sort et décide de ne pas retenir toutes ses fautes et ses infractions, sous réserve qu'il se tienne tranquille et paisible dans sa maison. Il y mourra le 29 avril 1691.
Gaspard Jodoc Stockalper (1609-1691)
Stockalper a rempli plusieurs fonctions politiques et militaires :
  • châtelain du dizain de Brigue en 1638
  • colonel en-dessur de la Morge en 1645
  • gouverneur de Saint-Maurice en 1646-1647
  • châtelain à vie de Martigny dès 1646
  • maître du sel en Valais dès 1648
  • chancelier, de Noël 1652 à mai 1670
  • grand bailli de 1670 à 1678
Il a entretenu des compagnies en France, en Espagne et en Savoie.
Il a montré un grand intérêt pour l'exploitation des mines de plomb (Mörel, Bell, Goppenstein),d'or (Zwischenbergen-Gondo),de cuivre (val d'Hérens), de fer (Grund-Ganter).
Durant le dernier quart du XVIIe siècle, il a entretenu d'importantes relations commerciales avec l'Italie, la France, la Flandre...; il a eu le monopole du commerce de plusieurs marchandises.
Il a possédé de nombreux terrains et maisons dans tout le Valais.
Par les nombreuses constructions (églises, châteaux, maisons...)qu'il a encouragées et permises, Stockalper a contribué pour beaucoup au développement artistique du Valais; on remarquera à Glis l'église paroissiale, à Brigue l'hôpital, le collège jésuite, le couvent des capucins et celui des ursulines.

1693

  • 23 février : Un grand incendie détruit Saint-Maurice

1698

  • 14 juin : Mort du chanoine Matthias Will, doyen de Valère, considéré comme thaumaturge et auréolé d'une réputation de sainteté.

1698

  • 15 décembre : La Diète autorise les frères Fischer, de Berne, à établir un courrier de Genève à Milan, en passant par le Simplon; cette autorisation sera renouvelée jusqu'en 1788; elle permettra aux Fischer d'établir des bureaux de poste à Saint-Maurice, Sion, Brigue...

1705

  • L'imprimeur Peter-Paul Kraehan se plaint auprès des autorités bourgeoisiales de Sion de la concurrence des imprimeurs étrangers qui officient dans la ville.
  • Le sculpteur Johann Sigristen achève le maître-autel de la chapelle de Ringacker à Loèche.

1714

  • 23 septembre : Un cône géant du massif des Diablerets s'écroule et anéantit l'alpage et les chalets de Derborence.

1720

  • Parution du premier almanch du Valais, Neuer Schreib-Kalender; le premier numéro connu de la version française, Nouvel Almanach, date de 1755; il paraîtra jusqu'en 1797.

1726

  • 5 et 6 juillet : La Vièze déborde à Monthey, emportant foulons, martinets, moulins installés le long de son cours.

1730

  • Les derniers sorciers du Valais sont brûlés à Bagnes.

Entre 1730 et 1732

  • Agitation populaire contre le patriarcat, liée à l'affaire de la mine de Binn.

1733

  • Parution de "Catéchisme suivant le sens & teneur du Vénérable Père Canisius: premier catéchisme connu, imprimé en français, en Valais.
  • Mai : La Diète décide que toutes ses décisions doivent être présentées aux communes en allemand et non plus en latin.
  • 14 septembre : La Vièze déborde à nouveau à Monthey, emportant ou endommageant quarante-six maisons, dont le choeur de l'église paroissiale.

1744

  • Sébastien Briguet publie le premier ouvrage consacré à l'histoire du diocèse de Sion.
  • Les frères Christian et Jean Welten, de Saanen, établissent une salpêtrière et une poudrerie à Martigny-Bourg; ces fabriques seront en activité jusqu'en 1818.

Entre 1750 et 1850

  • Forte avancée des glaciers.

Dès 1750 et dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

  • Création des premiers cabinets de curiosités (ancêtres de nos musées): cabinet de physique attaché au collège de Sion, premières collections de l'hospice du Grand-Saint-Bernard.

1750

  • Les peintres Jacques-Arnold Koller (1757-1807) et Joseph Rabiato(1727-1784) peignent des paysages ou des décors agrestes pour l'aristocratie valaisanne; pendant la même période, des oeuvres picturales sont importées de France et d'Italie.

1755

  • 9 décembre : Tremblement de terre dans la région de Brigue.

Entre 1760 et 1780

  • Episcopat de François-Joseph-Frédéric Ambuel (1704-1780); élu par le Chapitre et la Diète le 18 décembre 1760, il sera confirmé par Rome le 25 mai 1761 et consacré le 30 novembre; lors de son élection, les VII Dizains et le Chapitre parviennent à régler leurs longs démêlés liés à la rédaction d'un mémoire du grand bailli Burgener dans lequel celui-ci repoussait aussi bien la souveraineté absolue de l'Eglise qu'un régime corporatif, exigeant la séparation complète du spirituel et du temporel; il est le dernier évêque valaisan à avoir frappé monnaie.

1762

  • La famille Quartéry installe une verrerie au pont du Trient, près de Vernayaz; elle fermera ses portes dans les années 1770.

Vers 1768

  • Un anonyme du Haut-Valais rédige une sorte de catéchisme d'instruction civique (Gespräch über die Beschaffenheit und Regierung der Republiq Wallis Schweizerlands 1761) à l'usage des patriotes; véritable précis de droit public valaisan et d'histoire politique du pays, ce texte vise avant tout à réfuter définitivement les prétentions de l'évêque et du Chapitre à une quelconque souvraineté sur le Valais; en 1778, une dissertation de l'abbé de Saint-Maurice, Jean-Georges Schiner, ira dans le même sens.

Entre 1777-1778

  • De passage dans la vallée du Rhône, le peintre Caspar Wolf croque une quinzaine de paysages: il est considéré comme le précurseur de la peinture alpestre en Europe.

1780

  • Mai : Révision des Statuts valaisans, qui confirme la forte influence du droit germanique impérial.

Entre 1780 et 1786

  • Beat Fidel Zurlauben publie les Tableaux de la Suisse dans lesquels sont insérés 27 estampes topographiques du Valais.

Entre 1785 et 1789

  • Date du plus ancien texte connu conservé en patois: une lettre humoristique d'invitation à un repas de jeudi gras.

13 septembre 1787

  • L'église, le collège et le théâtre de Brigue sont détruits par les flammes.

1788

  • Antoine Advocat imprime le premier manuel de langue allemande du Valais.
  • 24 mai : Incendie de Sion: un bon tiers de la ville est détruit, dont les châteaux de la Majorie et de Tourbillon ainsi que les archives épiscopales.

1790

  • Le Bas-Valais se révolte dans l'espoir d'améliorer son statut de sujet; l'échec est total.
  • Le 11 août: soulèvement à Martigny
  • Le 8 septembre: Pierre-Maurice Rey-Bellet, dit le Gros-Bellet, chasse du château de Monthey le gouverneur Hildebrand Schiner, sous les acclamations de la foule; cette Bagarre est à l'origine des émeutes qui agiteront le Valais jusqu'à la fin de cette année.
  • Les 9-10 septembre: le gouverneur de Saint-Maurice, Bernard Dallèves, s'enfuit; s'en suivent trois jours d'émeutes.
  • Le 15 septembre: les représentants du Bas-Valais se réunissent à Saint-Maurice pour nommer de nouvelles autorités.
  • Le 6 novembre: Saint-Maurice se soumet.
  • Le 14 novembre: Monthey se soumet, mettant ainsi fin aux résistances bas-valaisannes.
  • Les 3-10 décembre: une Diète extraordinaire met un terme à la révolte; les représentants du Bas-Valais prêtent serment de fidélité.

Entre 1790 et 1807

  • Episcopat de Joseph-Antoine Blatter (1745-1807); élu par le Chapitre et la Diète le 3 août 1790, il sera confirmé par Rome le 29 novembre et consacré le 13 février 1791, il est le dernier à porter le titre "comte et préfet du Valais"; à la suite de la défaite haut-valaisanne de 1799, il devra se réfugier quelques mois à Novare.

1791

  • Découverte et répression de la conjuration des Crochets dans le Bas-Valais (val d'Illiez, Saint-Maurice, Monthey); les intentions des conjurés étaient de piller l'abbaye de Saint-Maurice et tuer les principaux notables de la région; en automne des troupes sont mises sur pied pour ramener l'ordre; le 19 novembre les principaux chefs sont exécutés.

1793

  • 18 juillet : Premier bulletin officiel du Valais, bilingue: Hochoberkeitliche privilegiertes Wochenblatt = Bulletin avec privilège; 25 fascicules paraîtront jusqu'au 12 décembre.

Entre 1793 et 1804

  • Fuyant la Révolution, des trappistes s'établissent en Valais.

1793

  • 1er novembre : Les trappistes de Soleure s'installent à Saint-Pierre-de-Clages, ils y resteront jusqu'en été 1795.

1796

  • 21 février : Des trappistes s'installent à l'Ile-Bernard, aujourd'hui Les Trappistes (en aval de Sembrancher); le 13 septembre un monastère de trappistines ouvre ses portes au même endroit; la princesse Louise-Adélaïde de Bourbon-Condé y prend le voile le 30 juillet 1797; trappistes et trappistines devront quitter les lieux en janvier-février 1798.

1804

  • 1er février : Des trappistes s'installent à Géronde qu'ils devront quitter en 1806; ils y reviendront en été 1831 pour en repartir le 6 novembre 1834.

Entre 1794 et 1795

  • Mise en place un code pénal pour le Bas-Valais; premier document de ce genre imprimé en Valais.

1797

  • 14 mai : Bonaparte demande à Comeyras, chargé d'affaires de France dans les Grisons, de se rendre à Sion pour y négocier un droit de passage à travers le Valais pour les armées directoriales; dès lors, et ce jusqu'à l'effondrement de l'empire en décembre 1813, le Valais intéresse le gouvernement français comme lieu de passage entre le Nord de l'Italie et la France.


Bibliographie

  • Jean-Luc Rouiller, Le Valais par les dates : des origines à la bataille de la Planta, Bibliothèque cantonale du Valais, 1995



Outils personnels