Choucas

De Wikivalais

Le choucas des tours érige son nid de branchettes dans les parois rocheuses et les hautes bâtisses. Comme tous les corvidés noirs, c’est au sol qu’il recherche sa nourriture, dans les champs et les prés, accessoirement dans les villes et les décharges. Il y a peu, ses colonies valaisannes animaient la tour de la Bâtiaz, l’église de Valère, le château de Stockalper et de nombreux sites rocheux comme les parois de Saint-Maurice, de Vex, de Inden, les gorges du Trient, de la Lizerne, de la Printse ou les fortins des Follatères. A Bex, une colonie partageait la paroi de Sous-Vent avec les crécerelles : quelles bagarres ! En juin, les familles de choucas assaillaient les cerisiers au pied de la falaise, offrant à l’observateur nuques grises et yeux d’ivoire. Ces colonies ont fondu comme neige au soleil. Finis les vols bruyants sur Magnot, les rassemblements vespéraux au dortoir de Tourbillon ! Les rares couples qui nichent encore ici et là dans le canton ne forment plus de grands vols, et pour cause!

Aux heures de gloire, le Valais hébergeait le couple de choucas le plus haut d’Europe. Nichant à 2000 m sur Loèche, probablement issu de la colonie voisine de Inden dont il partageait les gagnages de plaine, ce couple accomplissait des déplacements exceptionnels plusieurs fois par jour pour nourrir ses jeunes.

Bibliographie

  • Pierre-Alain Oggier, La Faune, Martigny 1994

Article connexe



Outils personnels