Campagnol

De Wikivalais

Sur le terrain humide, en bordure de la neige qui fond, des cheminements terreux ayant souvent l’aspect de tunnels, dessinent des labyrinthes compliqués parfois agrémentés de stocks d’oignons de crocus. Un peu d’attention nous conduit à une boule de foin, le nid d’un campagnol qui a passé l’hiver sous la couche de neige. Plusieurs espèces de campagnols fréquentent notre canton. Dans les prairies et les pâturages, le grand campagnol terrestre n’atteint en Valais que dans les Préalpes jusqu’à Saint-Maurice et à Derborence, alors que le campagnol des champs est répandu dans tout le canton jusqu’à plus de 2500 m d’altitude. En plaine, entre Martigny et Sierre, on trouve essentiellement le campagnol agreste, hôte des brousses et des mégaphorbiées humides. Le campagnol roussâtre vit en forêt et les campagnols souterrains (Pitymys), rares et localisés dans l’étage subalpin, sont peu connus. Enfin, le campagnol des neiges gris cendré, lourd, pataud, vit dans les éboulis de l’étage montagnard jusqu’à près de 3000 m d’altitude. Souvent diurne, il se laisse observer entre les blocs ou près d’un bâtiment d’alpage. Il récolte du foin, mettant sécher avec soin des herbes et des fleurs à l’entrée des cavités.

En Valais, l’ordre des rongeurs comprend quatre familles regroupant des animaux très différents par leur taille et leur mode de vie: les écureuils et marmottes; les castors; les loirs, lérots et muscardins; et enfin la grande famille des rats. Cette dernière compte, en plus des campagnols déjà évoqués, le très rare, discret et minuscule rat des moissons, la souris, les deux rats anthropophiles et les mulots. Chez ces derniers, on distingue une espèce répandue et abondante, le mulot sylvestre, et une espèce plus grande, à répartition montagnarde, le mulot à collier. Enfin, les zoologues viennent à découvrir une troisième espèce, le mulot alpestre.

Bibliographie

  • Pierre-Alain Oggier, La Faune, Martigny 1994

Article connexe



Outils personnels