Aulne

De Wikivalais

Les brousses d’aulnes verts se rencontrent principalement dans les régions humides d’altitude. Elles entrecoupent fréquemment les forêts de sapins ou d’épicéas et s’associent volontiers aux groupements de hautes herbes, occupant comme eux des couloirs d’avalanches et des bords de ruisseaux. On retrouve ici les adénostyles, les aconits, les grandes fougères, et parfois le lis martagon. Ces brousses colonisent aussi des surfaces défrichées et utilisées comme pâturage extensif. En hiver, les aulnes ploient sous le poids de la neige et disparaissent sous le manteau blanc protecteur. Au retour des beaux jours, ils se redressent pour atteindre 2 à 5 m d’hauteur. Progresser dans ces enchevêtrements de branches incurvées n’est pas une mince affaire, à moins de profiter des sentes entretenues par les cerfs qui s’y déplacent avec aisance et s’y cachent volontiers.

Les racines d’aulne vert se caractérisent par des nodosités contenant un champignon microscopique qui fixe l’azote de l’atmosphère et fertilise ainsi le sol. Les branches qui touchent par terre s’enracinent facilement et donnent naissance à de nouveaux pieds, si bien que les graines ne jouent qu’un rôle secondaire dans le rajeunissement. La régénération de la forêt dans ces endroits est fortement ralentie, mais pas impossible.

Bibliographie

  • Philippe Werner, La Flore, Martigny, 1988

Article connexe



Outils personnels