Alouette des champs

De Wikivalais

Même l'alouette des champs si connue a pris place dans la liste rouge ! A l’aise dans les vastes prairies sans arbres ni buissons, dans les champs de céréales, les cultures de carottes ou les pelouses alpines, pourvu que le terrain ne soit pas trop humide, elle peut monter bien au-delà de 2000 m, puisque le plus haut chanteur a été entendu à 2700 m sur le plateau de Lona. A l’instar du pipit des arbres, elle se perd dans l’azur pour égrener sa mélodie en se laissant descendre en parachute. Mais c’est au sol qu’elle termine ce tour de chant, c’est au sol qu’elle glâne sa nourriture. En Valais, les serres et les feuilles de plastique, le passage incessant des tracteurs, la disparition des franges herbeuses le long des chemins et entre les parcelles, la chassent des cultures.

En général, chaque couple occupe un espace de 1 à 8 ha, une forte densité étant favorisée par un parcellaire serré. L’accroissement de la dimension des parcelles cultivées repousse les alouettes sur les lisières des champs et, bien sûr, en réduit la densité.


Bibliographie

  • Pierre-Alain Oggier, La Faune, Martigny 1994

Article connexe



Outils personnels